La Centrafrique a basculé dans le brigandage et la haine

27 novembre 2013 12:51

23 0

La Centrafrique a basculé dans le brigandage et la haine

La Séléka («alliance» en sango, la langue locale), la nouvelle insurrection, était alors aux portes de Bangui. «C'était un mouvement totalement inconnu, surgi de nulle part, avec pour unique programme de renverser le président Bozizé», souligne un ancien premier ministre centrafricain. Cette rébellion est en fait la fusion de quatre groupes du nord du pays, notamment la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR). Elle avait conquis la Centrafrique en quelques semaines, chassant les Faca, l'armée officielle. L'élan de la Séléka, qui compte alors moins de 2000 hommes, se brise sur la force africaine, la Micopax, venue pour tenter de stabiliser le pays. La France n'intervient pas, se contentant d'envoyer 400 hommes à l'aéroport.

Le 24 mars, en dépit d'un accord de paix entre les partis signé à Libreville, la Séléka relance son offensive et s'empare de Bangui sans combattre. François Bozizé prend la fuite et Michel Djotodia, le chef de la Séléka, prend la place. La ville est livrée à un vaste pillage qui dure trois jours. De...

En savoir plus

Pour la page de catégorie

Loading...