Révolution de palais à la Comédie-Française

17 décembre 2013 19:58

26 0

Révolution de palais à la Comédie-Française

La campagne électorale a commencé. Après les municipales, les européennes, la présidentielle, c'est au sein de la plus prestigieuse des institutions théâtrales de France que les manœuvres se précisent. Plus de trois siècles d'existence, un statut exceptionnel, une maison d'excellence, la Comédie-Française est un enjeu artistique et politique unique. Nul ne s'étonnera donc qu'à dix mois d'une échéance importante, la fin de mandat de l'administrateur général, Muriel Mayette, les candidats à sa succession tentent de convaincre les tutelles qu'il serait catastrophique pour l'institution de renouveler celle qui est en place depuis sept ans. Que les élèves du Conservatoire d'art dramatique envoient un courrier à la ministre de la Culture, on se dit qu'ils sont jeunes, isolés et n'ont pas d'autre accès aux tutelles. Mais lorsque les comédiens-français emploient la même méthode, on est étonné. Ils n'ont que les colonnes de Buren à survoler par la galerie supérieure du Palais-Royal, et ils sont dans le bureau de leur chère Aurélie Filippetti, celle qui voulait virer Muriel Mayette dès juillet 2012, lors d'un passage à Avignon: le sage Jack Ralite l'en avait dissuadé.

Une lettre de doléances a donc été rédigée et signée par les sociétaires, qui ont prévenu les pensionnaires. Ensuite, ils se sont arrangés pour organiser eux-mêmes les fuites dans la presse. Que reprochent-ils à Mme l'administrateur général? On peut circonscrire les griefs à un trait: Muriel Mayette...

En savoir plus

Pour la page de catégorie

Loading...